Appel à communication AISLF- CR 31 Sociologie de l’enfance

enfances logo for web

Enfance et diversité – enfances multiples ?

 Deadline 15 janvier 2013 – Cliquez ici pour plus d’informations

La croissance du champ de la sociologie de l’enfance a permis d’explorer maints objets et thématiques reliés à l’enfance, mais il nous semble qu’il est temps de revisiter le champs sous un angle qui n’a pas reçu l’attention qui lui pourrait être due: en insistant fortement sur le paradigme de l’enfant acteur, avons-nous tenu compte que «l’enfant» et «l’enfance» représentent en réalité des enfants et des enfances très différentes et diverses?

Plusieurs sociologues de l’enfance ont affirmé que l’enfance est une catégorie structurelle au même titre que d’autres catégories, comme la classe sociale, l’origine ethnique, le genre, la génération etc. Mais à quel point avons-nous tenu compte de l’interaction de ces différentes variables et de leur influence sur la manière dont l’enfance se représente à travers des contextes et des cultures différents ?

Si la sociologie de l’enfance francophone a beaucoup penché du côté du concept de l’enfant acteur, il est temps de revenir sur les aspects de l’enfance où la négociation de l’enfant acteur rencontre les déterminismes sociaux et culturels. Comment l’enfant acteur vit-il la réalité sociale quand il ne correspond pas à l’image hégémonique de l’identité : de couleur blanche, de classe moyenne, écolier, sans accent, sans handicap apparent ? Cette question nous invite également à réfléchir à quel point nos travaux de recherche récents ont été façonnés par nos choix des populations à étudier, car il est possible que notre conception actuelle de la sociologie de l’enfance soit trop guidée par des études de populations correspondant à l’identité hégémonique – et qui correspondent peut-être simultanément à l’image de la majorité des chercheurs (européens et nord-américains) dans le champ.

Pour nos journées de la sociologie de l’enfance, nous soumettons à réflexion la question suivante : Comment reconsidérer la sociologie de l’enfance sous l’angle de la diversité ? Les questionnements se situent sur quatre volets différents :

1.     Epistémologiques : Si le paradigme de l’enfant acteur a été un des fondements et un point de départ de la sociologie de l’enfance, comment intégrer ou articuler les variables structurelles et classiques de la sociologie, comme p.ex. l’origine sociale, ethnique, linguistique ou le genre dans les réflexions sur l’enfance ? Au lieu de parler de l’enfance, convient-il mieux de parler « d’enfances », comme l’expérience des groupes d’enfants étudiés peut beaucoup varier selon le contexte et les dispositions dans lesquels ces enfants grandissent? Le concept de la « reproduction interprétative » (interpretive reproduction) tient compte des deux versants sociologiques, mais cette notion n’a pas vraiment été développée dans le contexte de la sociologie francophone, et n’a pas encore non plus joué un grand rôle pour mieux asseoir les enfances diverses.

2.     Méthodologiques et éthiques : Si le contexte et les dispositions des enfants eux-mêmes jouent un rôle plus important à reconnaître dans le champ de la sociologie de l’enfance, comment faut-il adapter le rôle du chercheur dans la démarche du chercheur ? Quel est le rôle d’experts des adultes ou des enfants qui connaissent bien le contexte ou la communauté ? Faut-il des approches méthodologiques différentes pour mieux capter la réalité des enfances qui ne ressemblent pas à celle du chercheur ? Quel est le rôle des savoirs issus de l’anthropologie, d’autres disciplines sociologiques ou d’autres sciences sociales dans cette quête ?

3.     Empiriques : Rechercher les enfances diverses afin de découvrir la terra incognita de l’enfance a longtemps été un des objectifs déclarés de la sociologie de l’enfance. Mais quels sont les « continents » des enfances dans les contextes différents ? Comment les diversités culturelle, sociales, ethniques et linguistiques se représentent-elle au niveau de l’enfance ? En quoi prendre en compte l’enfance dans la construction des catégorisations classiques amène à reconsidérer empiriquement et théoriquement la construction de ces variables? Comment l’enfant non-écolier et l’enfant travailleur bousculent-ils les analyses sociologiques en termes d’enfant acteur?

4.     Sociopolitiques : Si on peut considérer que l’apparition d’une sociologie de l’enfance a accompagné l’évolution du statut de l’enfant, certains ont reconnu un rôle militant à la sociologie de l’enfance. Ainsi, la sociologie de l’enfance ne serait non seulement dans la position de multiplier scientifiquement les savoirs sur l’enfance, mais aussi d’utiliser ce savoir pour améliorer les conditions de vie des enfants. Quelle est le rapport entre mieux connaître les enfances diverses, l’empowerment des enfants et les politiques sociales?

Les propositions (1000 signes espaces comprises) sont à soumettre, en français ou anglais, pour le mardi 15 janvier 2013: Soumission de Proposition


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *